Lapi nicho

Tous les japonisants à la petite semaine comme moi le savent : « Lapi nicho, loi nichba, libounich nihoniba »...

La pie niche haut...

Quel plaisir de l’observer à la tombée de la nuit, assis en bonne compagnie, autour d’une verveine du jardin, après une bonne soupe d’orties et une salade bio, à parler de Schubert, à en découvrir le lied du pâtre sur le rocher, à réécouter Atom Heart Mother sur la platine d’époque, à guetter les bruits du lérot venu chasser à la fraîche...

Dans ce jardin extraordinaire, tout en longueur, savante juxtaposition d’arbres, de buissons et de petites plantes venues se réfugier d’ailleurs et attirant les oiseaux, je le confirme : la pie niche haut. Quand à l’oie et au hibou, il me faudra revenir pour le vérifier…

Un Pleyel

Piano Pleyel 1849

De passage à Metz, j’ai été invité à visiter la maison étrange d’un ami, qui héberge outre quelques clavecins, des estampes japonaises du début du 20e siècle, quelques violes de gambe — qu’il fabrique et dont il joue —, un piano Pleyel de 1849 ! Dans une petite salle de concert aux murs décorés de tableaux nébuleux et remplie de chaises hétéroclites, juché sur une petite estrade, en bois clair vernis, il trône seul.

Lire la suite

Nos vaisseaux de pierre

Lumières proches du solstice d'été à Ste-Marie-Madeleine de Vézelay

Arrivé en France le 15 avril, j'ai assisté en direct, avec un sentiment de tristesse et d’impuissance à la destruction du toit de Notre-Dame de Paris. Huit siècles de présence, de témoignage, de résistance envolés en fumée en quelques heures. Je me suis rendu sur place le lendemain matin pour y constater soulagé que les dégâts s’étaient apparemment limités au toit et à la flèche centrale.

Lire la suite

Prêt? Partez! Patratas...

Aquarelle en devenir à l'hôpital

Le lendemain matin du jour où je relance ce petit blogue, visant à y trouver des occasions de partager des mots, des images, des sensations, patatras : je me réveille en me tordant de douleur sur mon lit, une oppression vive sur toute la cage thoracique, plutôt à gauche, diffusant dans le haut des bras et la mâchoire... Ceux qui connaissent ont déjà reconnu les symptômes, moi pas...

Aquarelle en devenir à l'hôpital

Lire la suite

Haut de page