Mot-clé - Écris !

Fil des billets - Fil des commentaires

La toile du goût des autres

Non, je ne parle pas de l'excellent film, le Goût des autres, que je vous conseille chaleureusement au passage. Je viens plutôt chanter la toile des goûts que l'on suit de découvertes en découvertes, de fils en fils, de relais en relais. Et plus vous courez sur cette toile et plus elle grandit, s'élargit, s'approfondit. C'est comme la connaissance : plus on en sait, plus on se rend compte qu'il en reste à savoir.

Lire la suite

Une cousine

Montréal, station Mont-Royal, à la sortie. Il attend sa cousine.

Arpentant la place et scrutant chaque nouveau visage qu'il rencontre, il attend.

Près de l'entrée, à l'extérieur, il y a une autre personne qui attend. Quelques minutes auparavant, elle avait traversé la place dans une robe noire de soirée, courte, les épaules nues, des talons semi-hauts.

Lire la suite

Croisement dans un monde covidé

C'est comme le retour du printemps. En avance. On a beau n'être qu'à la mi-janvier, la lumière est là, après des semaines d’absence. Même rasante, sa seule présence est chaleureuse. On ne supporte déjà plus ni ses gants ni son bonnet, restés dans les poches, quand bien même il neigeait ici même deux jours auparavant.

Lire la suite

Rencontres

Jacmel

Apa li pati!

– Et alors ? De qui parles-tu ?

– Le gars-là, le jakopievèt...

– Hum... pas remarqué.

Et il se resservit. C'est vrai que ce soir-là, c'était pas petite affaire, en tout cas. Les hôtes avaient préparé tout ce qui pouvait les réjouir en matière culinaire : plats typiques ou inconnus, kibi des Syriens, konparèt à la noix de coco, certains servis dans des kalabous, des fruits comme le savoureux chadèk. Et à boire : délicieux boubouy, mabi qui faisait retourner la tête et pour les soulads, on n'avait pas oublié les begas.

Lire la suite

Buzzwords

Texte de 2008

Deux hommes d’affaire à cravate dans un café montréalais ou ailleurs... L’un explique un nouveau projet informatique à l’autre qui sirote son café les épaules basses et l’air très concerné. Les mains du parleur assurent une chorégraphie sans surprise mais pourtant si importante sur une musique dont la monotone monodie appuie sur les grands classiques : « systémique », « maillon », « couche technologique », « application », « Microsoft », « fédéral », « provincial », « mesurable », « vérifiable », « nouveau paradigme », « indépendamment de l’outil », « sécurité », « la compétition »…

Lire la suite

La place

– Messieurs, je nous ai réunis aujourd’hui pour nous entretenir des moyens d’investir la place que vous savez. Il n’est plus le temps de tergiverser, ni d’évoquer la nécessaire patience de travaux d’approche. L’audace sourit aux audacieux et… euh… la fortune ricane des… velléitaires et des... procrastinateurs!
– Fort bien, fort bien, Monseigneur. Votre farouche volonté est légitime ainsi que votre envie d’en découdre, toute naturelle. Cependant, voyez-vous, il serait bienséant de nous rappeler la mésaventure de la fois précédente, où nous nous brûlâmes…
– Ce sera différent cette fois!
– L’âme, trop ardente encore…

Lire la suite

Au 40 de l'avenue

« Moi, je suis Napoléon, et toi, Lafayette. » ou bien avions-nous choisi chacun pour soi-même nos noms de code ? Pour moi, je l’avoue, c’était d’abord une référence aux deux chiens des 101 Dalmatiens, même si j’avais une vague idée du Lafayette original et que porter son nom avait du panache. Mais je comprenais aussi que pour Fabrice, il y avait quelque valeur supplémentaire à prendre le nom de Napoléon — que je connaissais beaucoup moins bien alors — et qu’il avait pris la meilleure part dans ce partage.

Lire la suite

Haut de page